L'accidentologie des deux-roues motorisés en 2010 à la Réunion

Accidentologie

Comme chaque année, l'antenne locale de la FFMC a présenté à la presse son analyse de l'accidentologie à la Réunion, et plus particulièrement de celle qui concerne les deux-roues motorisés (2RM). C'est ce dossier de presse que nous vous proposons ci-après.

 

Ce dossier a pour but d'exposer les éléments marquants de l'accidentologie des 2RM à la Réunion en 2010.
Pour ce faire, nous avons étudié 120 accidents au total (tous véhicules confondus), dont 100 concernent des 2RM.

N.B : Certaines caractéristiques sont parfois non-renseignées dans nos fiches, elles apparaissent comme " indéterminées " sur nos graphiques. Nous disposons néanmoins de suffisamment de données pour observer tout de même les grandes lignes de l'accidentologie spécifique aux 2RM

 

Les accidents mortels (tous véhicules)

44 personnes ont trouvé la mort sur les routes de l'île en 2010 au cours de 42 accidents. Ce chiffre en baisse par rapport à 2010, où l'on avait dénombré 49 tués, constitue un résultat encourageant, qui confirme l'amélioration globale constatée par rapport aux années précédentes (pour rappel : 72 décès sur les routes en 2007).
Le décompte des décès par accident de la route n'est pas aussi trivial qu'il y paraît. Par exemple, le décès d'une touriste tuée par une chute de pierre sur sa voiture en juin 2010 à Saint-Joseph n'est pas décompté dans les chiffres officiels de la Sécurité Routière, mais l'est en revanche dans les statistiques FFMC comme accident mortel dû à une cause externe. Plus étonnant, celui d'un jeune automobiliste survenu en septembre 2010 aux Avirons lors d'une violente sortie de route n'apparaît pas non plus dans les statistiques officielles. Par contre, un homme percuté début juin 2010 par une voiture dans l'entrée d'un parking privé à Saint-Denis fait lui partie des victimes officielles des accidents de la route en 2010.

Toutefois, baisse du nombre de décès ne veut pas dire moins d'accidents, bien au contraire : en 2010, selon les chiffres de la Sécurité Routière, le nombre d'accidents corporels a augmenté de plus de 15% sur nos routes par rapport à 2010, et le nombre total de blessés est en hausse de plus de 8% ! Voilà des chiffres contradictoires avec l'affirmation selon laquelle la répression (en particulier sur la vitesse avec la généralisation des contrôles radars) provoque une amélioration du comportement des conducteurs. En réalité, les comportements n'ont pas évolué, ce qui n'est guère étonnant puisque le CSA (Contrôle Sanction Automatisé) n'a aucune vertu éducative ! La seule chose que l'on peut raisonnablement affirmer, c'est que la gravité des accidents est en baisse, particulièrement pour les voitures, ce qui laisse supposer que ce sont les équipements de protection passive type airbags qui sont les éléments les plus efficaces dans la réduction du nombre de tués sur nos routes.
C'est aussi une partie de l'explication des chiffres concernant les 2RM, dont les conducteurs ne bénéficient pas de ces protections ultimes.
La baisse importante du nombre de tués en voiture, conjuguée à un nombre élevé de décès en 2RM, explique également la proportion élevée des conducteurs de 2RM tués en 2010 par rapport à l'ensemble des tués sur les routes réunionnaises.

La répartition par catégories des personnes décédées sur les routes réunionnaises en 2010 est la suivante :

Répartition des tués en 2010

Les piétons, avec 11 décès, représentent comme chaque année ¼ des tués. La proportion des cyclistes est également stable par rapport à l'année précédente, aux environs de 5% (2 décès).
Il en va tout autrement pour les automobilistes et les 2RM. Les automobilistes, qui représentaient en 2009 la part prépondérante des décès sur nos routes (18 tués, soit 36,7% du total), ne sont que 8 à avoir perdu la vie en 2010 (soit 18,2%), ce qui constitue une baisse très remarquable.
Les cyclomotoristes (10 décès) et les motards (13 décès) représentent respectivement 22,7% et 29,5% des décès en 2010. La part globale des 2RM dans le nombre de tués, qui était de 32% l'an dernier, passe donc à 52,2% cette année.

 

Accidents 2RM : évolution du nombre de tués

23 personnes circulant en 2RM ont trouvé la mort en 2010 à la Réunion (10 cyclomotoristes et 13 motards), ce qui représente plus de la moitié des 44 décès constatés au total sur les routes.

Mais cette proportion importante traduit-elle une réelle aggravation du nombre des tués par rapport aux années précédentes ? Pas vraiment puisque l'évolution sur les 10 dernières années montre que 2010 a été une année plutôt conforme à la moyenne, et que c'étaient plutôt les années 2008 et 2009 qui avaient été exceptionnellement bonnes :

  • les cyclomotoristes : depuis l'an 2000, cette catégorie d'usagers connait en moyenne 11 tués chaque année sur nos routes, chiffre en légère hausse sur la période, avec toutefois de fortes variations autour de cette valeur (16 tués en 2006, 18 en 2007 mais seulement 5 en 2008, année exceptionnellement clémente). Avec 10 tués, le bilan final de 2010 est donc proche de la moyenne pour cette catégorie d'usagers.

    Evolution du nombre de tués en cyclos

  • les motards : avec 13 motards tués, le bilan 2010 est également comparable à la moyenne pour cette catégorie ; en effet, sur la période 2000-2010, ce sont 13 motards qui ont perdu la vie chaque année. Notons tout de même que la tendance est en baisse régulière, et que là aussi il peut exister des écarts importants d'une année sur l'autre (19 tués en 2004, 16 en 2007, mais 9 en 2005, 10 en 2008 et seulement 6 en 2009, ce qui avait été un excellent résultat).

    Evolution du nombre de tués à moto

Contrairement à ce qu'on pourrait penser au premier abord, et surtout si l'on prend en compte l'augmentation régulière du parc 2RM (notamment avec le développement de la catégorie des scooters 125 cm3) la mortalité routière des conducteurs de 2RM est donc restée en 2010 conforme à la moyenne.

 

Accidents 2RM : répartition par cylindrée

Sur 105 2RM impliqués en 2010 dans des accidents de la route, la répartition par cylindrée montre que cette année encore, ce sont les moins de 50 cm3 (essentiellement des scooters) qui sont très majoritairement impliqués dans les accidents de la route.
Cette cylindrée est également la plus représentée chez les tués (9 accidents mortels).

Répartition par cylindrée

Le point remarquable pour 2010 est la très nette augmentation des accidents mettant en cause des motocyclettes légères (entre 50 et 125 cm3) : 10 accidents au total, dont 5 ayant entraîné un décès (contre 1 seul décès de cette catégorie en 2008 et 2009). Ce chiffre traduit très concrètement l'augmentation de cette catégorie de véhicules, accessibles avec uniquement le permis B, sur nos routes. Mais ce lourd bilan expose aussi clairement le manque de formation des utilisateurs (*).
Quant aux gros cubes (plus de 125 cm3), ils présentent cette année un bilan de 6 tués, quasiment comparable à celui de l'année précédente (5 décès en 2009).

Globalement, la répartition par cylindrée des accidents met en lumière la part prépondérante dans les accidents des utilisateurs de 2RM sans formation suffisante.

(*) Une formation pratique de 7h est devenue obligatoire à compter du 1er janvier 2011, une mesure de bon sens proposée depuis longtemps par le mouvement FFMC et enfin mise en application par les pouvoirs publics.

 

Accidents 2RM : Port du casque

Comme il est hélas de tradition à la Réunion, le non-port du casque chez les cyclomotoristes n'est pas une vue de l'esprit : cette année encore, ce sont au moins 15% des cyclomotoristes accidentés qui ne portaient pas de casque, un élément de protection pourtant primordial (9 personnes au total sur 59, dont 2 tuées).

Port du casque par les cyclomotoristes

Chez les motards, on trouve un seul cas avéré où l'usager ne portait pas de casque lors de son accident (sur 69 personnes, soit 1,4% du total des motards accidentés), mais elle l'a payé de sa vie puisque cette personne est décédée.

Port du casque par les motards

On constate donc toujours une nette différence sur ce point entre cyclomotoristes et motards, une frange non négligeable de cyclomotoristes semblant tout à fait réfractaire à l'utilisation du casque.

 

Accidents 2RM : Responsabilité et comportement

Nous avons étudié, lorsqu'elle est clairement identifiée, la responsabilité des conducteurs de 2RM dans les collisions avec un tiers, dans le but de savoir si les accidents résultent d'une trop grande prise de risque des motards ou des cyclomotoristes.

La responsabilité du cyclomotoriste a pu être mise en évidence pour 22 victimes sur 43, soit plus de la moitié des cas (proportion comparable à ce qui avait été observé en 2009).

Responsabilité des cyclomotoristes

Les motards, eux, ont vu leur responsabilité avérée dans moins de 10% des cas (4 victimes sur 41).

Responsabilité des motards

Il semble donc qu'il y ait une grande disparité entre le comportement général des cyclomotoristes et celui des motards.

Il est également à noter que 16 cyclomotoristes (dont 3 ont perdu la vie) et 28 motards (dont 7 tués !) ont été victimes d'accidents sans présence d'un tiers en 2010. Un rappel de la dangerosité inhérente à la conduite d'un deux-roues que chaque conducteur de 2RM doit garder à l'esprit.

Enfin, plusieurs accidents mortels méritent d'être signalés tant ils présentent des caractéristiques peu communes :

  • 3 morts dans 2 accidents distincts avec un scooter circulant à contresens sur une 2x2 voies.
  • 2 morts dans des accidents avec des engins de chantier (Bobcat) ou de manutention (transpalette).
  • Choc de nuit entre un scooter 50 cm3 et une moto 125 cm3 : le scooter circulait en roue AR et sans lumière, et c'est le motard percuté qui est décédé !

Ces dernières données montrent très clairement que certains accidents sont dus à des circonstances particulières ou à des comportements farfelus, qui ne sont absolument pas représentatifs de la réalité quotidienne des motards. Il faut donc se garder des généralisations hasardeuses !

 

Accidents 2RM : alcoolémie

L'alcoolisme est un problème préoccupant à la Réunion et l'alcoolémie positive est traditionnellement très présente dans les accidents de la route à la Réunion. Pour 2010, les chiffres globaux seraient aux alentours de 40% des accidents pour lesquels l'alcool serait présent.

En ce qui concerne les 2RM, et malgré la difficulté d'obtenir les résultats d'analyses sanguines, nous avons pu mettre en évidence que sur 46 accidents mettant en cause des cyclomotoristes, une alcoolémie positive a été relevée dans 10 cas (22% des cas), ce qui était déjà le taux relevé en 2009.

Alcoolisme et cyclos

Chez les motards, une alcoolémie positive a été avérée dans 4 cas sur 57 accidents, soit environ 7% des cas. Les motards semblent donc être largement plus responsables de leur consommation d'alcool avant de prendre le guidon, ce qui avait déjà été mis en évidence les années précédentes.

Alcoolisme et motos

 

Accidents 2RM : vitesse excessive

La vitesse excessive des 2RM, souvent pointée du doigt par leurs détracteurs, a-t-elle été en cause dans les accidents de 2010 ?
Très logiquement, ce paramètre concerne peu les cyclomoteurs, limités par construction à 45 km/h.

Vitesse excessive cyclos

Pour les motos, on peut recenser 10 accidents (dont 5 mortels) sur 57 où une vitesse excessive a pu être mise en évidence (17,5% des cas).
Attention, vitesse excessive en fonction des circonstances ne veut pas forcément dire excès de vitesse dans l'absolu ; c'est notamment le cas dans deux collisions mortelles en début d'année où le motard n'a pas pu éviter une voiture tournant pour entrer dans une station-service.

Vitesse excessive motos

 

Accidents 2RM : la part des infrastructures routières

L'état des infrastructures influe grandement sur la conduite d'un 2RM, et les défauts de conception ou d'entretien peuvent provoquer des accidents ou aggraver les blessures des conducteurs.

Sur 100 accidents survenus en 2010 tous 2RM confondus, nous avons pu mettre en cause l'infrastructure dans 8 cas, tous mortels, majoritairement des obstacles percutés par le motard ayant déjà chuté et qui ont contribué à aggraver ses blessures jusqu'à provoquer la mort (rails de sécurité, trottoirs, arbres...).

Part des infrastructures dans les accidents 2RM en 2010

8 implications des infrastructures sur 22 accidents mortels 2RM, cela représente plus d'un tiers des accidents mortels dans lesquels l'infrastructure non adaptée a joué un rôle. C'est pour cela que la FFMC 974 dénonce tout particulièrement les points noirs routiers, à travers son Livre Noir de la sécurité routière (mis à jour tous les deux ans, dont une nouvelle version sera publiée en 2011) ou par le biais des fiches de signalement de danger.