L'accidentologie des deux-roues motorisés en 2011 à la Réunion

Le présent dossier a pour but de présenter l'analyse de l'accidentologie à la Réunion en 2011, plus particulièrement de celle qui concerne les deux-roues motorisés (2RM), réalisée par l'antenne locale de la FFMC (Fédération Française des Motards en Colère).

 

Pour ce faire, nous avons étudié 160 accidents au total (tous véhicules confondus), dont 137 impliquant des 2RM.

Accidentologie

Les grandes tendances à retenir pour cette année 2011 concernant les 2RM sont :

  • une baisse du nombre de tués en 2RM (constatée aussi bien pour les cyclos que pour les motos)
  • pour les cyclos, la confirmation du non-port du casque pour une grande part des cyclomotoristes accidentés
  • une grande différence de comportements entre motards et cyclomotoristes, qui se retrouve dans les responsabilités en cas d'accident avec un tiers.

N.B : Certaines caractéristiques sont parfois non-renseignées dans nos fiches, elles apparaissent comme " indéterminées " sur nos graphiques. Nous disposons néanmoins de suffisamment de données pour observer tout de même les grandes lignes de l'accidentologie spécifique aux 2RM.

 

Les accidents mortels (tous véhicules)

42 personnes ont trouvé la mort sur les routes de l'île en 2011, un bilan global comparable à celui de l'année précédente. Sur ces 42 personnes décédées, 18 circulaient sur un 2RM (8 cyclos et 10 motos), soit une proportion de 44% des tués, contre 52% en 2010

La répartition par catégories des personnes décédées sur les routes réunionnaises en 2011 est la suivante :

Répartition des tués en 2011

Les piétons, avec 11 décès, représentent comme chaque année environ ¼ des tués. La proportion des cyclistes est également stable par rapport à l'année précédente, aux environs de 5% (2 décès).

Les automobilistes, qui représentaient en 2010 seulement 18% des tués (8 décès) remontent donc à 26% (11 tués). C'est tout de même beaucoup moins que les années précédentes (17 ou 18 tués en 2008 et 2009) et certainement une preuve supplémentaire de l'amélioration de la sécurité passive des voitures modernes puisque le nombre d'accidents, lui, a encore légèrement augmenté en 2011, ce qui prouve assez clairement que le comportement global des conducteurs ne s'est pas amélioré.

Le nombre de décès est en baisse chez les cyclomotoristes (8 décès) et les motards (10 décès) par rapport à l'an dernier. Ils représentent néanmoins respectivement 19% et 24% du total des décès ; une triste confirmation de la grande vulnérabilité des conducteurs de 2RM, non protégés par une carrosserie.

 

Accidents 2RM : évolution du nombre de tués

Cyclos et motos ont donc vu sensiblement baisser le nombre de tués en 2011, ce qui conforte la tendance sur les 11 dernières années.

Evolution du nombre de tués en cyclos

Evolution du nombre de tués à moto

 

Accidents 2RM : répartition par cylindrée

Bien que trop d'incertitudes sur les cylindrées des 2RM accidentés ne permettent pas de conclure de façon rigoureuse, on peut tout de même remarquer que pour les engins dont la cylindrée est connue, les moins de 50 cm3 sont les plus souvent en cause.

Répartition par cylindrée

Accidents 2RM : Port du casque

Sur les 8 cyclomotoristes tués en 2011, 7 ne portaient pas de casque ou le portaient non attaché ! Un comportement véritablement suicidaire, au sens propre du terme, hélas.
Si on prend en compte l'ensemble des cyclomotoristes accidentés, ce sont 15 personnes non casquées qui ont été dénombrées sur 61 cyclomotoristes accidentés, soit près de 25% des cyclomotoristes sans casque.

Port du casque par les cyclomotoristes

Chez les motards, on dénombre seulement 2 cas avérés de motards accidentés non casqués sur 101 accidentés au total, soit 2%. Aucun des tués de l'année à moto ne portait pas son casque.

Port du casque par les motards

On constate donc une fois de plus que les comportements en matière de port du casque sont très différents entre motards et cyclomotoristes. Les motards sont bien sensibilisés à la nécessité de porter un casque, alors que cet accessoire de sécurité indispensable est encore trop souvent omis par les cyclomotoristes. Il paraîtrait logique que les forces de l'ordre mettent l'accent sur le port du casque pour les moins de 50 cm3.

 

Accidents 2RM : Responsabilité et comportement

Nous avons étudié, lorsqu'elle est clairement identifiée, la responsabilité des conducteurs de 2RM dans les collisions avec un tiers, dans le but de savoir si les accidents résultent d'une trop grande prise de risque des motards ou des cyclomotoristes.

La responsabilité du cyclomotoriste a pu être mise en évidence pour 24 victimes sur 51, soit près de la moitié des cas (proportion comparable à ce qui avait été observé les années précédentes).

Responsabilité des cyclomotoristes

Les motards, eux, ont vu leur responsabilité avérée dans 18% des cas seulement (12 victimes sur 67) ce qui est tout de même en augmentation par rapport aux années passées.

Responsabilité des motards

Il est donc confirmé qu'il y a eu encore en 2011 une grande disparité entre le comportement général des cyclomotoristes et celui des motards, les premiers pratiquant davantage une conduite à risque amenant à l'accident. Toutefois, par rapport aux années précédentes, il semble que les motards aient pris davantage de risques durant cette année 2011.

Il est également à noter que 10 cyclomotoristes (dont 1 a perdu la vie) et 34 motards (dont 4 tués !) ont été victimes en 2011 d'accidents sans présence d'un tiers identifié. Un rappel de la dangerosité inhérente à la conduite d'un deux-roues que chaque conducteur de 2RM doit garder à l'esprit.

 

Accidents 2RM : alcoolémie

L'alcoolisme est un problème préoccupant à la Réunion et l'alcoolémie positive est traditionnellement très présente dans les accidents de la route à la Réunion.

En ce qui concerne les 2RM, et malgré la difficulté d'obtenir les résultats d'analyses sanguines, nous avons pu mettre en évidence que sur 47 accidents mettant en cause des cyclomotoristes, une alcoolémie positive a été relevée dans 8 cas, soit 17% du total, ce qui est proche des taux relevés chaque année pour cette catégorie d'usagers (20% en 2010).

Alcoolisme et cyclos

Chez les motards, une alcoolémie positive a été avérée dans 5 cas sur 91 accidents répertoriés, soit un peu plus de 5% des cas.

Alcoolisme et motos

Il se confirme donc cette année encore que les motards sont plus responsables de leur consommation d'alcool avant de prendre le guidon, et que la fréquence de circulation en état d'imprégnation alcoolique est un réel problème en ce qui concerne les cyclos. Dommage que ces constatations récurrentes ne soient pas davantage ciblées dans les actions de répression initiées par les pouvoirs publics, car ce serait certainement un moyen d'améliorer les statistiques de mortalité routière.

 

Accidents 2RM : vitesse excessive

Nous avons tenté ici de quantifier les vitesses excessives eu égard aux conditions de circulation au moment de l'accident. C'est une chose très différente de l'excès de vitesse, qui lui se mesure par rapport à une vitesse absolue, qui est très facile à verbaliser et pour lequel, malheureusement, les forces de l'ordre ne jugent plus de la dangerosité réelle de la conduite.

Il est difficile d'apprécier après coup cette notion de vitesse excessive ; néanmoins, nous avons pu la mettre en évidence dans environ 8,5% des cas aussi bien pour les cyclomoteurs (4 cas sur 47 accidents) que pour les motos (8 cas sur 91 accidents).

Vitesse excessive cyclos

Vitesse excessive motos

 

Accidents 2RM : la part des infrastructures routières

L'état des infrastructures influe grandement sur la conduite d'un 2RM, et les défauts de conception ou d'entretien peuvent provoquer des accidents ou aggraver les blessures des conducteurs.

Sur 137 accidents survenus en 2011 tous 2RM confondus, nous avons pu mettre en évidence l'implication de l'infrastructure dans 7 cas, dont 5 mortels, majoritairement des obstacles percutés par le motard ayant déjà chuté et qui ont contribué à aggraver ses blessures jusqu'à provoquer la mort (rails de sécurité, trottoirs, poteaux...). Cela représente 5% des accidents où l'infrastructure a joué un rôle déclencheur ou aggravant.

Si on ne prend en compte que les accidents mortels impliquant un 2RM, l'infrastructure est en cause pour 5 cas sur 19 (*), ce qui représente plus d'un cas sur quatre ! C'est pourquoi notre fédération insiste régulièrement sur l'état général des routes et sur les défauts de conception qui sont parfois très dangereux pour les 2RM.

Part des infrastructures dans les accidents 2RM

(*) On parle bien ici d'un total de 19 accidents mortels avec un 2RM impliqué, ceci inclut un accident mortel moto/piéton survenu le 16 mars 2011 à St-Pierre, dans lequel le piéton est décédé.